Les grandes forces de ce peintre est de prendre le temps de regarder, d’écouter.
Marie Saleun s’exprime dans le langage le plus expressif : l’art naïf.
D’une palette enjouée, elle nous conte le quotidien de chacun mais avec une certaine fantaisie que seule un peintre ayant su conserver un peu d’insouciance de son enfance peut réaliser sans tomber dans le désuet.

Alors tour à tour chagrine ou explosive ou encore romantique, elle nous fait participer à son monde intérieur qui en principe ne se délivre qu’à des confidents. Là nous pénétrons dans cet  espace insolite qui est celui de la création où l’auteur nous  convie à partager ses joies et ses angoisses car ne nous trompons pas, la peinture naïve sous son aspect lisible facilement nous délivre régulièrement une multitude d’interrogations, qui sont parfois très à propos et demande une analyse judicieuse.