La première approche caractérise le personnage. C'est un passionné et donc transparaît cette soif de connaître, de rencontrer, d'être. Et puis, le discours aidant l'on entend que cette envie naît dans l’enfance ; enfouie pendant de longues années, sourd comme les plus belles sources, forte d'un besoin d'expression. Quand le dessin habite un enfant, il ne peut pour s'épanouir que retrouver les traces, les gestes, les émotions qui l'animaient pendant sa découverte du monde. Le trait, l'harmonie des couleurs, le sens de la composition font resurgir les sensations, les émotions, la joie de fixer sur la toile ses sentiments.

Lorsqu'il dit : « une toile est finie quand les personnages, les fleurs, les objets, etc.. commencent à bouger, à me parler ». On sait qu'il est « habité », plein de l'atavisme des premiers hommes voulant laisser une empreinte.

Si sa palette est encore éclectique pour assouvir le besoin de créer, transparaît déjà une force du trait. Ce trait qui suggère et laisse à la couleur le premier rôle. Les coloristes ont cette force intérieure qui leur permet de nous guider vers l’émotion, l'intensité du partage.

Celui qui souhaite allier dans le monde qu'il invente, rêve et réalité, ne peut que s'engager dans une voie menant vers des plénitudes et des reconnaissances. Suivez son étoile, elle va grimper, nous aider à côtoyer, à tutoyer l’azur et l’infini.

Fiesta (130 x 89)Icone (130 x 89)Sevillanas (130 x 89)Carrousel (100 x 100)Reverie (100 x 100)L'aigle noir (100 x 100)Judith (100 x 100)AVE TGV Le centre du monde ( 130 x 180)Le masque (100 x 100)Moulin Rouge (100x100)
Moulin Rouge

Départ (61 x 50)Mer-veille (61 x 38)Lilith (55 x 46)Coquelicots (100 x 50)Tournesols (81 x 65)A'Reine (100 x 81)Africa (65 x 54)