Naissance de la Société des Beaux-Arts de Béziers en 1878 autour de Gustave Fayet
et des artistes du grand Biterrois

La Société des Beaux-Arts, une des toutes premières sociétés savantes de Béziers a été constituée en 1878 autour de Gustave FAYET (1864-1925) (61 ans), et des artistes du grand Biterrois. Elle à précédé de douze ans la Société Nationale des Beaux Arts (SNBA), refondée en 1890 par Puvis de Chavannes, Ernest Meissonnier et Auguste Rodin.

 

Béziers et l’éveil de l’art

1834 : Fondation de la société archéologique par Jacques Azaïs. 
1835 : La société archéologique donna le branle pour faire ériger la statue de Riquet
1846 : La création des musées privés de la société archéologique et des frères des écoles chrétiennes a été capitale pour l’émulation de l’art à Béziers. Conforté par le développement du cours de dessins. On observe alors l’apparition d’un groupe de peintres. A cette première génération succéda une autre dont on aperçoit mieux encore le goût pour les arts. Il est révélateur qu’en 1854 Mme Fayet, épouse de Antoine Fayet, fille du bâtonnier Jacques Azaïs, Président fondateur de la société archéologique en 1834, écrive à sa sœur : « Nous ne somme pas habitués à juger des peintres, il faudra nous y mettre maintenant que ce goût est général dans la famille… ».
On comprend que leur hôtel, actuel Musée des Beaux-Arts, ait vibré à l’art, d’abord avec les frères Fayet, Léon (1826-1880) et Gabriel (1832-1899), -tous s’adonnaient à la peinture- puis en apothéose par le fils de ce dernier, Gustave Fayet (1864-1925), peintre et conservateur, aujourd’hui de réputation internationale. Il avait appris le dessin et la peinture dans les ateliers paternels de la rue Capus, aujourd’hui musée Fayet à Béziers.
Le tournant capital devait être en 1859 par la création du musées des Beaux-Arts grâce à l’acharnement de la Société archéologique, en l’hôtel de la ville qui devait réunir depuis 20 ans des œuvres par achats et donations.On voit l’achèvement de cette première et importante émulation à l’art à Béziers à travers les sociétés de l’Hérault de 1863 à 1873.

La participation du biterrois y fut telle qu’en 1873 on dû créer une sous-commission spécifique pour Béziers. On peut considérer qu’était achevée la parfaite émulation de Béziers à l’art.

A la fin du XIXème siècle Béziers comptait quelques 80 sculpteurs. Sous l’impulsion de ses amis Maurice Fabre et Georges de Monfreid, Gustave Fayet se montre alors attentif aux aventures les plus hardies de l’art post-impressionniste. Il découvre Gauguin, commence à collectionner ses œuvres et correspond avec lui à partir de 1900. Il rencontre  Odilon Redon à Paris, fit la connaissance de Vuillard, Bonnard, Renoir etc.

Première exposition de la Société des Beaux-Arts 

En 1901 Gustave Fayet organise à Béziers, pour la Société des Beaux-Arts de la Ville, une exposition d’art contemporain, afin de mieux faire connaître les peintres qu’il admire : Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Monticelli, O Redon, onze pièces dont l’artiste annonce l’expédition à Béziers, en avril. Parmi les jeunes, Toulouse Lautrec, Maurice Denis, Jacques Villon, et même un jeune peintre espagnol, presque inconnu alors, Pablo Picasso.

 

 

Vie de la Société des Beaux-Arts de Béziers de 1923 à nos jours

« La Société des Beaux Arts est incontestablement la plus ancienne des sociétés d’arts plastiques de la Ville. Cette ancienneté est établie par les archives de la société ». Le procès verbal de l’Assemblée constitutive est en date du 11 octobre 1923. « Cette année notre société est par conséquent dans sa quarante-cinquième année d’existence ». Au cours de cette première assemblée constitutive les buts généraux de la société étaient définis. Elle prenait alors le nom « d’Académie des Beaux-arts » un bureau était constitué entre autres par M. Cugnenc  Président d’honneur, conservateur du Musée et M. Vinas Président actif. Une semaine plus tard (le18), le nombre des adhérents avait doublé et la municipalité de Béziers leur à attribué une salle d’étude dans les bâtiments municipaux. Elaboration du règlement intérieur (le 19). Attribution d’une salle au fond de l’Hospice St Joseph (le 30). (à la place actuelle des HLM Bd d’Angleterre). Le 19 mai 1924 démission du Président Vinas remplacé par Alfred Sabes, ex secrétaire adjoint. Huit jours après, création de cours dispensés par cinq membres du Bureau. La municipalité offre quelques modèles de plâtre et une commande de plâtre à été effectuée auprès d’un mouleur éditeur. Ces plâtre disparus, difficiles à identifier, pourraient se trouver soit au musée Fabrégat, soit à la caserne St Jacques. Officialisation de l’Académie des Beaux-arts et publication au Journal Officiel du 29 juin 1924, précédé d’une assemblée générale avec presse, critique d’art et artistes.  Au cours du même mois une  exposition à eu lieu. Un an plus tard, le 9 juin 1925,  Marcel Biscaye en est le nouveau président.  L’association, redevient Société des beaux-arts.  Elle compte plus de cent membres. En juin 1926 exposition au foyer du Grand Théâtre, (articles dans l’Eclair des 2 et 5 juin 1926). Les archives de la société sont muettes sur son activité jusqu’en 1929.  Du 1er au 23 juin 1929 : 101 exposants au foyer du théâtre municipal : dont plusieurs 1er et 2ème Grands prix de Rome en architecture et peintures ainsi que 27 médailles d’Or du Salon des Artistes Français. Par la notoriété, le nombre et la  qualité c’est un des salons provinciaux les plus importants de France.
Les expositions se succèderont. La Sté des Beaux-Arts s’intéresse à la création du Musée du vieux biterrois, auquel il sera offert en 1932 copie du portrait de huit anciens évêques de Béziers exécutés par M. Causse.  M. Rigaud devient le nouveau président en avril 1932. Ensuite un trou. 1939 -1940 :  occupation allemande et libération. Les membres de la Société des Beaux-arts se sont dispersés, peut-être même que certains sont décédés.

 

Les Présidents de la Société des Beaux-Arts après Gustave Fayet :
1923 M. Vinas – 1924 Alfred Sabes – 1925 Marcel Biscaye – 1932 M. Rigaud – 1955 M. Jaillet – 1959 Colonel Estadieu –
1967 Mme Hecquet de Carbon –  1981  Henri Jean Combes – 1988 Marcel Moutou - 1999 Jacques Sanchez - 2013 Annie Jean-Oliver –
2015 Christian Courtial.

 

Les invités d’honneur depuis l’an 2000

Peinture : Raymond Poulet, Jean Triolet,  Yves Thos, Alain Bonnefoit, J Marie Zacchi, Michèle Battut, 11 artistes coréens, Paul Ambille, Xu Fang (Shanghai), Sauvard, Alain Juno, Loilier, Benoit-Basset, Frank L., Roger Vives, Lise DufauR-Maurens, Guy Demun, Roger Bonafé, Aimé Venel.

Sculpture : Yves Galzin, Pierre Fouesnant, J Pierre Rives, Gérard Vié, Pierre Moreels, Stanko Kristic, Stratos, José Ballester, Carlos Miranda, Serge Homs,christophe Bressac, Jean Pierre Baldini, Edith Guillaume.

Photographie : Gérard Moulin, Bob Giorgi, Jean Claude Martinez, Bernard Rivière, Alain Cavenago, Frédéric Babon, Jean Claude-Sorel.

Sources : (Jean-Denis Bergasse (Président de la Sté archéologique) Le canal du midi 4 tomes -1982-1985) Tome II. (Voyages sur le canal du midi par DeniseViennet, petite fille de G Fayet). (Catalogue du Salon de avril-mai 1901). (Recueil « Historique et Statuts » du 25 avril 1968) Recueil dactylographié « Historique et Statuts » du 25 avril 1968 sous la Présidence de Mme Hecquet de Carbon) extrait du  Cahier manuscrit des procès verbaux des séances de 1923 à 1956. Viennet, petite fille de G Fayet). (Catalogue du Salon de avril-mai 1901). (Recueil « Historique et Statuts » du 25 avril 1968).